Gilles Sieg, Meilleur ouvrier de France, son histoire


La passion des fleurs, des compositions et décorations florales conduit Gilles Sieg à concourir très tôt au titre de « Meilleur Ouvrier de France »

Il devient lauréat en 1986 à l’âge de 25 ans, et demeure à ce jour le plus jeune lauréat.

Il est alors invité à rejoindre le Groupe d’Art Floral d’INTERFLORA en 1987, qui réunit les fleuristes les plus illustres. Il s’agit non seulement d’un vaste laboratoire où les idées s’échangent, mais également d’un espace d’expression où les fleuristes influencés par les modes et les tendances innovent, partagent leurs idées et ce, dans un esprit de transmission dynamique du savoir-faire.

Gilles Sieg assoit sa légitimité de fleuriste haut de gamme en remportant d’autres succès :

- En 1998, il est finaliste de la Coupe d’Europe d’Art Floral en 1998.

- Il devient formateur et conférencier à l’AFF (Association des Fleuristes de France) et transmet son savoir-faire, chaque année, à trois apprentis fleuristes de l’Ecole des Fleuristes de Paris.

En 2016, Gilles Sieg décide de diversifier son activité florale sur le web via une plateforme e-commerce, pour partager sa passion des fleurs auprès du plus grand nombre. Il conçoit également un blog dédié et s’appuie sur les réseaux sociaux.

Voilà comment est née la première boutique on-line parisienne de fleurs haut de gamme, signée Meilleur Ouvrier de France.

Une autre façon de promouvoir l’artisanat d’excellence et de partager la passion de l’art floral.



Meilleur ouvrier de France



l’origine de l’idée des Meilleurs Ouvriers de France



Un homme, Lucien Klotz (1876-1946), critique d’art et journaliste.

En 1913, alors que la crise de l’apprentissage s’annonce grave pour l’artisanat, l’industrie et les métiers d’art, Lucien Klotz imagine organiser une grande exposition nationale du travail où serait désigné dans chaque profession et chaque année « Le Meilleur Ouvrier de France ».

Sa volonté de mener à bien ce projet est exacerbé par une situation aggravée en 1918, après quatre années de combats meurtriers. Il est urgent aussi de recréer des valeurs concrètes et morales primordiales, permettant de relancer une civilisation et une économie ravagée par la guerre.

C’est sous l’impulsion de Lucien Dior, Ministre du commerce, que la première exposition nationale du travail se tint en octobre 1924 à l’Hôtel de Ville de Paris. Elle fut inaugurée par le Président de la République Gaston Doumergue.

La distribution des récompenses eut lieu le 31 janvier 1925 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne où le titre de meilleur Ouvrier de France fut attribué pour la première fois à 149 lauréats -façonniers, artisans, contremaîtres, apprentis, soit plus de 200 chefs-d’œuvre exposés. En 1932, une médaille officielle est remise à chaque lauréat. Créée par le graveur Lagriffoul, la médaille porte la mention suivante :


« L’Enseignement Technique aux Meilleurs Ouvriers de France ».

En 1935, un arrêté du Ministre de l’éducation nationale officialisait le titre de « Un des Meilleurs Ouvriers de France », sanctionné par un diplôme d’Etat.

En 2005, la Société des Meilleurs Ouvriers de France, après un appel à projets auprès des Meilleurs Ouvriers de France spécialisés dans la gravure, le modelage et la sculpture, opte pour la proposition de Bernard Gaillard, MOF modeleur en céramique d’art.

Cette médaille représente une spirale, symbole de l’évolution perpétuelle de la connaissance, ainsi qu’un bouquet de laurier relié aux couleurs nationales, qui accentue l’envolée de la spirale vers le succès.

Que signifie « Meilleur Ouvrier de France » ?

« Il s’agit de promouvoir l’intelligence de la main et d’assurer la sauvegarde et le renouvellement du patrimoine. Notre mission consiste également à valoriser l’artisanat et l’apprentissage, en encourageant l’innovation pour forger et bâtir l’avenir, tout en conservant l’esprit et les techniques de tradition », explique Gérard Rapp, Président National de la Société des MOF.

 

La charte des Meilleur ouvrier de France

 La Charte des Meilleurs Ouvriers de France réunit 10 principes édictés par la Société Nationale des Meilleurs Ouvriers de France. 

1 - Être volontairement décidé à appartenir à la Société des Meilleurs Ouvriers de France.

2 - Être soucieux de faire valoir l’idéal et l’engagement en toutes circonstances de la Société Nationale des Meilleurs Ouvriers de France.

3 - Être l’exemple sincère et respectueux des valeurs que véhicule l’image des Meilleurs ouvriers de France.

4 - Être un représentant irréprochable de ce que doit être le comportement moral.

5 - Être à la recherche constante du progrès et de la perfection.

6 - Être ouvert à la création et à l’innovation pour contribuer à l’évolution de la culture.

7 - Être, avec simplicité et modestie, le médiateur de l’échange et de la transmission de ses connaissances.

8 - Être généreux, solidaire et disponible.

9 - Être à la découverte des futurs acteurs des métiers et les encourager dans leur évolution.

10 - Être à l’écoute de toutes discussions et réflexions dans un esprit d’ouverture et de tolérance.

 

En 1985, Gilles Sieg devient lauréat à l’âge de 25 ans.

C’est le plus jeune Meilleur Ouvrier de France dans la catégorie Fleuriste.

La Maison Beaufrere,
la qualité et le savoir-faire Meilleur Ouvrier de France

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêts et améliorer vos conditions de navigation Pour en savoir plus et vous opposer ou paramétrer le dépôt de cookies, cliquez sur le lien suivant : CGU